pierre antoine bellangé (1757-1827)

Paire de fauteuils en hémicycle en acajou, Paris vers 1815

Importante paire de fauteuils en hémicycle attribués à Pierre Antoine Bellangé (1757-1827)

Acajou massif, placage d’acajou et citronnier.

Les dossiers de forme concave sont surmontés d’une traverse débordante en acajou massif, non pas cintrée, mais évidée dans une bille d’acajou et ornée d’un décor de filets sur le pourtour et d’une double palmette en citronnier. Cette traverse en hémicycle est raccordée à la ceinture avant par la courbe des deux accotoirs en forme de trompe. Ces accotoirs, en acajou unis, sont sculptés à leur extrémité d’une large palmette, ainsi que de faisceaux de joncs et ils se terminent par des fleurs de lotus stylisées. L’assise, demi ronde, reposent sur des pieds en sabre, à l’avant comme à l’arrière.

 

Époque Empire, Paris vers 1815

Garniture en drap de laine vert, galonné en noir.

 

Pierre-Antoine Bellangé (1757-1827), menuisier reçu maître à Paris en 1788, dirigea un important atelier rue Neuve-Saint-Denis, dans le quartier de la Porte Saint-Denis à Paris. Chargé de commandes de la maison de l’empereur, il livre plusieurs ensembles de meubles pour le château de Laeken à Bruxelles et réalise le mobilier du salon des petits appartements de l’empereur à Saint Cloud. Il reçoit en 1812 la commande du mobilier du grand salon ou salon d’exercice de l’appartement du Roi de Rome aux Tuileries. Sous la Restauration, en 1817, il fut gratifié du titre de fournisseur breveté de la Couronne, et en 1818 il obtient une commande du président des États-Unis James Monroe, qui lui assure une réputation internationale, celle du mobilier du salon ovale de la Maison Blanche (actuel Blue Room). Il s’associe en 1820 avec son fils aîné, Louis-Alexandre (1796-1861), à qui il laisse progressivement la direction de l’atelier, et se retire complètement des affaires en 1825.

 

 

La forme de ces sièges est inspirée par l’antiquité grecque et la chaise klismos, dont la silhouette caractéristique se compose d’un dossier de forme concave à traverse débordante et de pieds sabres à l’avant comme à l’arrière. Cette forme antiquisante, adaptée pour de grands sièges en acajou, fut introduite dans le répertoire des arts décoratifs français par un dessin de Charles Percier (1764-1838), donné pour l’ébéniste Georges Jacob, à la fin du XVIIIe siècle ; puis d’autres exemples furent publiés par Percier et Fontaine dans leur Recueil de décorations intérieures (1801 et 1812), mais également par Beauvallet et Lenormand dans Fragmens d’architecture, sculpture et peinture dans le style antique (1804). Plusieurs sièges de ce type figurent dans les différents volumes de La Mésangère Collection de meubles et d’objets de goût (1802 à 1815), de sorte qu’ils demeurent une forme très recherchée en France, au cours des deux premières décennies du XIXe siècle.

Prix : nous contacter

galerie philippe guegan

12, rue de l'Université

75007 PARIS

Tél. : +33 6 60 15 87 49

contact@philippeguegan.com

Ouvert du mardi au samedi de 14h30 à 19h

Le matin sur rendez vous