rare suite de quatre fauteuils en acajou estampille demay rue de clery

Epoque Consulat, Paris vers 1800

quatre-fauteuils-consulat-demay-fond-bla

Rare suite de quatre fauteuils en acajou d'époque Consulat estampillés Demay rue de Clery sous la traverse avant.

Jean Baptiste Bernard Demay (1759-1848), ébeniste reçu maitre le 4 février 1784

Paris vers 1800

Hauteur : 91 cm, Largeur : 58,5 cm, Profondeur : 71 cm

Ces très beaux fauteuils, tout en courbes et contre courbes, avec leurs dossiers renversés en crosse, leurs montants latéraux à flasques, leurs pieds arrière en sabres et leurs pieds avant terminés par des griffes de lion, sont caractéristiques des lignes à l'étrusque, telles qu'elles s'imposent dans les arts décoratifs français dans les dernières années du XVIIIe siècle.

La forme des dossiers en crosse, garnis en plein et encadrés de deux flasques d'acajou, est celle du très bel ensemble de sièges, attribué à l'atelier des Jacob Frères, aujourd'hui conservé au musée du Louvre et qui fut livrés en 1798 pour le banquier Récamier, dans son hôtel de la rue du Mont Blanc. Quand aux accotoirs dont la courbe lisse vient coiffer les pieds avant en gaines ils ont également été employés par l'atelier des Jacob Frères entre 1796 et 1803 comme en témoigne un fauteuil conservé dans les collections du musée des Arts Décoratifs de Paris.

Les influences puisées dans les dessins et les publications des ornemanistes comme Dugourc, Percier et Fontaine (1801), ou Krafft et Ransonette (1801) sont communes aux différents ateliers parisiens, mais Jean-Baptiste Bernard Demay occupe, aux cotés de la dynastie des Jacob, une place singulière.

Après son accession à la maîtrise en 1784, Demay est installé rue Saint Antoine et se distingue de la plupart des autres artisans en sièges parisiens par ses réalisations néoclassiques aux compositions équilibrées et à la sculpture délicate; voir notamment un mobilier de salon, anciennement dans la collection de la marquise de Ganay, qui appartient aux collections du Metropolitan Museum of Art à New York (F.J.B. Watson, The Wrightsman Collection, Volume I, Furniture, 1966, p.68-69, catalogue n°48). Il semble également qu'il pourrait être l'initiateur de la création de l'un des modèles de sièges les plus originaux de l'époque à dossier «montgolfière», dont une paire de chaises est conservée au musée Carnavalet à Paris (A. Forray-Carlier, Le mobilier du musée Carnavalet, Dijon, 2000, p.198).

A la mort de son beau père Claude Sené, en 1792, il reprend son atelier de la rue de Clery, et adopte une nouvelle estampille sur deux lignes DEMAY / RUE.DE.CLERY. Son activité est intense et le menuisier développe de nombreux modèles de sièges, qui dévoilent parfois l'originalité de l'artisan; voir notamment un grand siège curule d'époque révolutionaire conservé au musée Carnavalet (D. Ledoux-Lebard, Le mobilier français du XIXe siècle, dictionnaire des ébénistes et menuisiers, Paris, 2000, p.159) et deux chaises d'époque Consulat des collections du Mobilier National (François de Salverte,Les ébénistes du XVIIIe siècle, Paris, 1985, planche XVI)

fauteuil_demay_galerie.jpg
paire_fauteuils_demay.jpg
fauteuil_recamier.jpeg
fauteuil_demay.jpg

galerie philippe guegan

12, rue de l'Université

75007 PARIS

Tél. : +33 6 60 15 87 49

contact@philippeguegan.com

Ouvert du mardi au samedi de 14h30 à 19h

Le matin sur rendez vous