paire cabinets boulles.jpg

edwards & roberts, wardour street
Paire de meubles à hauteur d'appui d'après André Charles Boulle

Paire de meubles à hauteur d’appui, d’après André Charles Boulle, ouvrant chacun par un vantail grillagé

Placage d’ébène, poirier noirci, filets de laiton et bronzes dorés

Estampillé Edwards & Roberts / Wardour Street, sur deux lignes, sur le champ supérieur de chaque porte.

Edward & Roberts, maison fondée à Londres en 1845

Londres vers 1860
 

Edwards & Roberts est un ébéniste anglais qui s’établit 21 Wardour Street, dans le quartier de Soho à Londres en 1845, à la suite du marchand de curiosité Joseph Solomon. En 1854 la société, qui opère sous le nom « Edwards and Roberts, 21 Wardour Street, ébéniste en meubles anciens et moderne et importateur de mobilier ancien », est devenue l’un des principaux ateliers d’ébénisterie londoniens spécialisés dans la reproduction de mobilier ancien, en marqueterie et en bois de placage, et se fait remarquer pour ses réalisations de très grande qualité de styles français et anglais du XVIIIe siècle, ainsi que pour la restauration ou la transformation de pièces anciennes. Meubles français d’après Boulle ou Riesener, mobilier Empire, et mobilier anglais d’après Adam, Sheraton ou Hope, à l’exemple de cette chaise de style Georgien d’après un dessin de Thomas Hope conservée au Victoria & Albert Museum à Londres.

Edwards & Roberts se fourni avec les essences de bois de la meilleure qualité, emploi tous les corps de métiers nécessaires, ébénistes, bronziers, doreurs, serruriers, tapissiers, et sa signature est synonyme de luxe, a l'image de cette paire de cabinets évoquant le Grand Siècle français. En 1871 son implantation s’est étendue sur plusieurs immeubles de Wardour Street, avec également des magasins sur Chapel Street à Belgravia. Edwards & Roberts fourni principalement l’aristocratie anglaise, et met à sa disposition de ses clients une documentation très étoffée sur le travail des anciens ébénistes et ornemanistes, dans laquelle ils peuvent choisir des modèles. Parmi ses clients les plus prestigieux se comptent S.M. la reine Victoria, le duc de Cambrige, l’archevêque de Canterbury.

Le succès de la maison Edwards & Roberts témoigne du goût pour l’historicisme qui marque les arts décoratifs français et anglais de la seconde moitié du XIXe siècle. Ce leader de l’ébénisterie londonienne de la seconde moitié du XIXe siècle participe à l’exposition universelle de Paris de 1878 avec meubles en palissandre de style Régence, ainsi qu’a l’exposition universelle de 1889 avec un mobilier de salon en bois marqueté, un mobilier de chambre rehaussé d’émaux polychromes. Son activité cesse en 1899.

Hauteur :  100 cm  / Largeur : 75 cm /  Profondeur :  38 cm

Prix : nous contacter

bande 1.jpg

A pair of ormolu and brass inlaid ebonised cabinets after André Charles boulle

Ebonised peer wood veneered, brass inlaid, chased and gilded bronze

Signed EDWARDS & ROBERTS / WARDOUR STREET on the top of each door

Edward & Robert, established in London in 1845

London by 1860

 

The firm Edwards and Roberts were among the best English cabinet makers and retailers of the second half of the nineteenth century. The company was founded in 1845 in Wardour street. Unpublished notes by Pauline Agius (held in V&A departmental files) indicate that the firm was founded in 1828 by a Mr. Wood and became Edwards & Roberts in 1845. The 1854 Kelly’s Post Office Directory of London lists them as ‘Edwards and Roberts’, 21 Wardour Street, ‘Antique and Modern Cabinet Makers and Importers of Ancient Furniture’. They produced high quality furniture of fine French style and in Adam, Hepplewhite and Sheraton styles. Their workmanship included furniture with satinwood marquetry and favoured the Georgian designs, and they were known for importing and restoring older pieces of antique furniture.