ferdinand bury (1740-1795)
Bureau cylindre en acajou d'époque Louis XVI, à toutes faces et à plusieurs fins

Bureau cylindre à toutes faces d’époque Louis XVI estampillé F.BURY et JME

Acajou massif, placage d’acajou, bâti en chêne, bronze doré, marbre gris Saint-Anne, cuir

Paris vers 1775

Ferdinand Bury, ébéniste reçu maitre à Paris en 1774

Hauteur : 114 cm, Largeur : 129,5 cm, Profondeur : 65 cm

 

 

Ce rare et élégant bureau en acajou de Cuba, à toutes faces et a plusieurs fins, d’époque Louis XVI, ouvre par neuf tiroirs en façade, fermant tous à clef, autour d’un cabinet à deux vantaux, commandant l’accès à une niche et à un coffre de sureté. Il est surmonté d’un cylindre à lamelles, qui révèle un pupitre rétractable, gainé de cuir fauve, doré aux petits fers, ainsi qu'un ensemble de sept tiroirs, dont l’un ferme à clef, et un cartonnier gainé de cuir fauve. Le plateau en marbre gris Sainte-Anne est ceint d’une galerie ajourée en bronze doré. Les quatre pieds fuselés sont terminés par des sabots et roulettes en bronze doré et deux poignées de transport sont fixées de chaque côté du meuble.

 

Le décor en acajou uni se poursuit sur les côtés, ainsi qu’au dos du meuble, où se retrouvent neuf tiroirs simulés. Une première particularité de ce bureau est donc d’offrir un décor à toutes faces, qui permet de le placer au centre d’une pièce. Le deuxième raffinement, plus rare, est d’être équipé d’une grande tablette escamotable à l’arrière, offrant en plus de la tablette principale et des deux tablettes latérales, un véritable second poste de travail.

Le luxe de ce meuble réside également dans l’emploi d’un acajou uni et lumineux, d’un grain fin et d’une très belle qualité. Servi par un dessin sobre, il se développe sur de grandes surfaces, rehaussées par de belles moulurations, et l’emploi de rares bronzes dorés dont la fonction est essentiellement utilitaire.

 

Le goût pour ces meubles en acajou massif, selon la mode anglaise, se répand à Paris à la fin du XVIIIe siècle. Cette anglomanie fut introduite vers 1770 par la haute aristocratie notamment le duc de Chartres (futur duc d'Orléans) et le comte d'Artois, frère du roi. L’acajou importé des Caraïbes fut employé par les ébénistes parisiens, pour réaliser, tout un corpus de meubles fonctionnels et innovant pour une clientèle avide de nouveauté.

 

Souvent désigné par son seul prénom de Ferdinand, Bury est établi rue de Charonne. Sa production aux lignes sobres se fait remarquer par sa très belle qualité d’exécution. Reçu à la maîtrise en 1774, il emploi pendant sa période d’activité de nombreux ouvriers de langue allemande, réputés pour leur savoir-faire. Il est amené à collaborer avec Riesener, comme le démontre cette commode de l’ancienne collection Isaac de Camondo, conservée au Louvre, qui porte leurs deux estampilles.

 

Il cesse son activité en 1789, mais jouit d’une renommée jusque dans les premières années du XIXe siècle, comme en témoigne une annonce de vente parue dans les petites affiches en 1808, d’un « secrétaire en acajou plein, ouvrage superbement traité de Ferdinand ». Une description qui, correspond très précisément au bureau que nous présentons.

Hauteur :  43 cm  / Largeur : 27 cm /  Profondeur :  18,5 cm

Prix : nous contacter

BUREAU_CYLINDRE_Bury_ouvert_face_HD.jpg

A Louis XVI all sided mahogany bureau a cylindre signed F.BURY and JME

Solid mahogany, mahogany veneered, oak, gilded bronze, grey Saint-Anne marble top, brown leather

Paris by 1775

Ferdinand Bury, received master in 1774

Hauteur : 114 cm, Largeur : 129,5 cm, Profondeur : 65 cm

 

This Louis XVI gilt-bronze Cuban mahogany bureau à cylindre, with four side writing tablets, is opening, from the front side with nine drawers, two doors accessing to a niche and a safety deposit box, and one roll top discovering a cognac leather top surmounted by seven drawers, one of which locks, and a cognac leather box. The back simulating conforming drawers. The Sainte-Anne grey marble top surrounded by an openwork gilded bronze gallery. The four tapered legs ending in gilt bronze castors and two carrying handles attached to each side of the cabinet. Stamped F BURY and JME under the roll top.

 

A first particularity of this desk is therefore to offer a decoration on all sides, which allows it to be placed in the center of a room. The second, rarer refinement, is to be equipped with a large retractable writing tablet at the rear, offering in addition to the main writing tablet and the two side writing tablets, a real second workstation.

The luxury of this piece of furniture also lies in the use of a plain and luminous Cuban mahogany, served by a sober design. It develops on large surfaces, enhanced by beautiful moldings and very few utilitarian gilded bronzes.

 

 

The taste for this plain mahogany furniture, according to the English fashion, spread to Paris at the end of the 18th century. This Anglomania was introduced around 1770 by the high aristocracy, notably the Duke of Chartres (future Duke of Orléans) and the Count of Artois, brother of the king. Mahogany imported from the Caribbean was used by Parisian cabinetmakers to create a whole corpus of functional and innovative furniture for a clientele eager for novelty.

 

Often referred to by his first name, as Ferdinand, Bury was established rue de Charonne. Its production with sober lines stands out for its very good quality of execution. Master in 1774, he employed during his period of activity mostly German-speaking workers, renowned for their know-how and very good craftsmanship. He collaborated with Riesener, as proven by a chest of drawers, from the former Isaac de Camondo collection today housed in the Louvre, which bears their two stamps.

 

 

He ceased his activity in 1789 but had a reputation until the first years of the 19th century, as evidenced by a sale advertisement of "A secretary in plain mahogany, a superbly treated work of Ferdinand” published in Les petites affiches in 1808. A description that certainly fits the present desk.